Nos îles numériques

entre connexion et déconnexion

Imaginer des îles numériques

vendredi 15 janvier 2021

Lors de ce sixième et dernier questionnaire, il va être question d’inventer ses lieux de refuge, de repos.


Et voilà, le projet se termine... mais pas sans connaître vos îles, que nous vous proposons d’inventer !
Imaginons en effet que vous passiez bientôt trois jours sans connexion : vous pouvez (dans vos têtes...) vous servir d’outils numériques (appareil-photo, traitement de textes...) si vous en ressentez le besoin, mais pas forcément et, quoi qu’il arrive, sans utiliser internet. Ainsi, personne ne peut vous joindre et vous ne pouvez joindre personne. Où cette expérience serait-elle, selon vous, la plus profitable ? Dans quel endroit préféreriez-vous vous trouver pour la vivre ?
À votre avis, quelles seraient vos premières sensations ? Vos premières émotions ?
Pensez-vous qu’il y aurait un sentiment d’angoisse, ou de soulagement, ou les deux, à vivre ces trois jours ?
Qu’aimeriez-vous faire durant ces trois jours ?
Vous imaginez vous plutôt seul.e ou non dans ce lieu ?

Imaginons maintenant la même chose durant une semaine : le lieu, les activités, les sensations seraient-ils les mêmes ?
Et si tout cela devait se faire durant un mois complet ?

Pour finir, faisons maintenant « revenir » la connexion dans la vie quotidienne :

Souhaitez-vous conserver votre vie numérique telle qu’elle était avant ce questionnaire et cette expérience imaginaire ?
Si non, que faudrait-il changer pour améliorer l’impact des outils numériques sur notre vie, notre confort, notre bien-être – voire celui de la planète ?
Si la vie numérique devient trop envahissante, comment lui résister sans se couper du monde ? Est-ce possible ? Si oui, avez-vous des idées de ce qu’il faudrait faire ?


Vous pouvez répondre librement à ces questions en envoyant un message ci-dessous. Vous pouvez renseigner le nom et le prénom, simplement le prénom ou un pseudonyme.

Ces informations ne sont conservées qu’au titre de la participation du site, et ne seront pas jamais cédées à un tiers.
Vos contributions doivent respecter la législation française : pas d’injures, de diffamation, d’apologie ou de provocation au terrorisme, d’incitation à la haine, à la violence ou à la discrimination raciale, pas d’outrage sexiste ou sexuel, pas d’atteinte au droit à l’image et à la vie privée.

Envoyer un message

Crédit icones : Joel Wisneski (montre), Jemis Mali (réveil matin).
Crédit images, Pixabay : Dominick Vietor (téléphone et jouets), Stock Snap (téléphone déchargé), Free-Photos (ordinateur et carnet), AS (Soeurs et Défense de)
Crédit audio, ambiance sonore : In front of Patchinko Hall, Akihabara, Tokyo, domaine public, par fm, sur Radio Aporee. Sons de notifications empruntés ici.


Vous pouvez répondre librement à ces questions en envoyant un message ci-dessous. Vous pouvez renseigner le nom et le prénom, simplement le prénom ou un pseudonyme.

Ces informations ne sont conservées qu’au titre de la participation du site, et ne seront pas jamais cédées à un tiers.
Vos contributions doivent respecter la législation française : pas d’injures, de diffamation, d’apologie ou de provocation au terrorisme, d’incitation à la haine, à la violence ou à la discrimination raciale, pas d’outrage sexiste ou sexuel, pas d’atteinte au droit à l’image et à la vie privée.

Envoyer un message

Crédit icones : Joel Wisneski (montre), Jemis Mali (réveil matin).
Crédit images, Pixabay : Dominick Vietor (téléphone et jouets), Stock Snap (téléphone déchargé), Free-Photos (ordinateur et carnet), AS (Soeurs et Défense de)
Crédit audio, ambiance sonore : In front of Patchinko Hall, Akihabara, Tokyo, domaine public, par fm, sur Radio Aporee. Sons de notifications empruntés ici.